Séquence proposée par Claire Bertin - Dane de l’académie de Versailles

Le théâtre classique au XVIIe siècle : Racine, Andromaque - niveau 2de

Le monde homérique est la matrice d’une bonne partie de la littérature classique. Cette séquence, centrée sur la tragédie de Racine, Andromaque, permet d’explorer l’arrière plan culturel de l’antiquité, ainsi que ses prolongements actuels.

Objectif principal :
Connaître les caractéristiques du genre théâtral, et plus précisément du tragique, afin d’être capable de produire une écriture d’invention, inspirée par l’Iliade

Objectifs secondaires :

  • Découvrir les cultures de l’Antiquité gréco-romaine.
  • S’initier aux notions d’emprunts et de réécritures.
  • Découvrir la diversité de l’iconographie liée aux textes de l’Antiquité : étude comparée d’images produites depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.
  • Apprendre à analyser un texte littéraire.
  • Aborder l’écriture d’invention, en respectant des contraintes formelles, et en utilisant le vocabulaire acquis.
Dionysos Les vignettes d’un masque tragique grec représentant Dionysos, renvoient aux différents extraits de textes.
Hermès Celles d’un vase grec représentant Hermès, renvoient aux documents pédagogiques.

1ère séance : Introduction au théâtre français du XVIIe siècle : la question des genres ; le classicisme

Supports

  • PDF - 382.7 ko
    Fiche théâtre
    PDF - 174.8 ko
    Tableau théâtre


  • PDF - 291.9 ko
    Fiche classicisme
    PDF - 175.8 ko
    Tableau des caractéristiques principales du classicisme


  • TNI

Activités

Dans le cadre des programmes de français de 2de qui préconisent l’étude des trois principaux genres, le roman/la nouvelle, le théâtre, et la poésie, on fait réfléchir les élèves sur la spécificité du théâtre. On pourra leur faire remplir un tableau tel que celui proposé dans la fiche « tableau-théâtre » jointe, qui permet de cerner la dimension collective du théâtre, par opposition aux autres genres, produits et reçus individuellement. Ce point de départ permettra de définir les caractéristiques du texte théâtral, puis de faire acquérir aux élèves un lexique spécifique au théâtre, comme proposé dans la fiche (exposition, monologue, catharsis, etc.)

Les programmes donnent à cette approche générique un cadre historique et culturel bien précis, pour le théâtre celui du classicisme français du XVIIe siècle. On continuera donc cette première séance introductive par une présentation du classicisme, des concepts qui le sous-tendent et des règles qui en découlent : voir la fiche classicisme. On pourra utiliser le tableau donné à la fin de la fiche, vidé de son contenu et le faire remplir par les élèves pour les aider à s’approprier les connaissances nécessaires.

2e séance : Lire Andromaque de Racine : identifier les principaux personnages et les rapports qu’ils entretiennent, qu’ils soient familiaux ou sentimentaux

Supports

Activités

Le prérequis de cette séance est que tous les élèves aient préalablement lu la pièce.
On fait établir aux élèves une liste des personnages. On leur fait déterminer qui sont les cinq principaux personnages, après avoir réfléchi à des critères d’importance (pas nécessairement être le plus constamment sur scène, mais plutôt être le plus souvent l’objet du discours des autres personnages). On leur demande ensuite de réfléchir à la généalogie de chacun. Pour cela, ils peuvent s’aider des didascalies initiales de la pièce. Cette observation du « pedigree » des personnages (fils d’Agamemnon, fils d’Achille, veuve d’Hector, etc.) peut permettre d’introduire de premiers éléments sur l’Iliade.
Ce repérage étant terminé, les élèves sont invités à travailler sur le schéma interactif des personnages. Il leur faut positionner sur la carte, par un système de glisser-déposer, les vignettes des noms de deux catégories de personnages : les 5 principaux personnages, et leurs ancêtres qui se sont illustrés lors de la guerre de Troie. Une fois rempli, ce schéma met en évidence un argument tragique. La violence des passions et le poids du passé sont tels que l’issue de la pièce ne peut qu’être funeste.

3e séance : Lire une scène d’exposition, la scène 1 de l’acte I d’Andromaque

Support

PDF - 191.7 ko
Acte I, scène 1, vers 25 à 94 ; texte et questionnaire


Activités

Prérequis de cette séance : Une première observation du texte a été effectuée à la maison, où les élèves ont répondu à un questionnaire préparatoire (voir fiche).
Une lecture analytique de la scène permet de déterminer quels sont les codes et les fonctions d’une scène d’exposition.
En prolongement de la lecture analytique, on proposera aux élèves de faire une fiche de synthèse sur la scène d’exposition au théâtre.

4e séance : Découvrir le rôle des confidents dans la pièce

Supports

Activités

La première scène de la pièce a permis, dans la séance précédente, de découvrir deux personnages, Oreste et son confident Pylade. On va maintenant s’intéresser aux autres « paires » de personnages. Voir la fiche sur le rôle des confidents dans la pièce.
On commence par recenser les scènes dans lesquelles apparaissent les confidents, en se demandant si tous ceux-ci sont au même niveau et jouent le même rôle. Ce questionnement permet de classer les confidents et de déterminer la fonction de chacun. On peut proposer aux élèves de travailler sur une version du tableau des confidents avec cases vides qu’il faut remplir. On leur donnera ensuite le tableau complété en corrigé.
En prolongement de cette séance, on travaille sur l’image enrichie « Oreste et Pylade » qui permet de découvrir les canons de la statuaire grecque. Cette image permet d’introduire une initiation aux codes de la statuaire classique : voir la fiche sur la statuaire grecque.

5e séance : Lire la scène 4 de l’acte I d’Andromaque ; découvrir le conflit tragique et les formes de l’argumentation qui en découlent

Support

PDF - 196.3 ko
Acte I, scène 4 ; texte et questionnaire


Activités

Prérequis de cette séance : Une première observation du texte a été effectuée à la maison, où les élèves ont répondu à un questionnaire préparatoire (voir fiche).
Une lecture analytique de la scène permet de déterminer les caractéristiques du conflit tragique et d’observer différentes stratégies argumentatives.

6e séance : le poids des ancêtres, Achille et Hector ; description et analyse d’images fixes

Supports

Activités

Dans le prolongement de la 4e séance, on continue à faire découvrir aux élèves l’iconographie antique, cette fois une peinture sur céramique du Ve siècle avant Jésus-Christ représentant Achille et son ami Patrocle. On observe et analyse l’image enrichie « Achille pansant Patrocle blessé ».
On effectue ensuite un travail analogue à partir d’une planche réalisée par le peintre contemporain Jean Percet, représentant les adieux d’Hector à Andromaque dans l’Iliade, avec l’image enrichie « Hector au rempart ».
On fait comparer aux élèves les deux représentations. On remarque que certes les techniques utilisées sont très différentes, certes les deux héros représentés, Achille et Hector, sont des ennemis. Toutefois, des similitudes apparaissent. En effet, dans les deux cas, malgré la présence du casque qui symbolise la guerre (puisque ce n’est pas seulement une protection, mais aussi un objet censé effrayer l’ennemi) l’artiste a mis l’accent sur l’humanité du guerrier. L’un panse affectueusement son ami blessé ; l’autre s’entretient tendrement avec sa femme, avant de jouer avec son fils. Cette dualité des personnages est un élément de compréhension du conflit irréductible que Racine met en scène dans sa pièce.

7e séance : Lire la scène 8 de l’acte III d’Andromaque ; découvrir le dilemme racinien

Support

PDF - 256.7 ko
Acte III, scène 8, vers 1014 à 1038, texte et questionnaire


Activités

Prérequis de cette séance : Une première observation du texte a été effectuée à la maison, où les élèves ont répondu à un questionnaire préparatoire (voir fiche).
Une lecture analytique de la scène permet d’élucider une superposition de situations de communication et de définir le dilemme vécu par Andromaque. Cette tirade nécessite également une élucidation des sources qui va se faire dans la séance suivante.

8e séance : Comparaison avec « les adieux d’Hector et Andromaque » dans l’Iliade ; la notion de réécriture

Pour des questions de droit, la traduction choisie est celle d'Eugène Bareste, parue en 1841.

Supports

  • PDF - 308 ko
    Iliade, chant 6, vers 369 à 502 ; texte et questionnaire


  • JPEG - 210.4 ko
    Hector et Astyanax
    Chant VI - vers 478-479 -


  • Ordinateur ou TNI

Activités

Prérequis de cette séance : Une première observation du texte d’Homère a été effectuée à la maison, où les élèves ont répondu à un questionnaire préparatoire (voir fiche).
Une lecture analytique rapide du texte d’Homère est faite. Cette lecture permet de découvrir une des sources de Racine. On s’applique plus précisément à repérer les convergences entre les versions d’Homère et de Racine, ce qui permet de réfléchir sur la notion de réécriture. La réécriture est-elle simple imitation ou re-création ?
En prolongement de cette séance, on observera la planche 29 de Jean Percet qui représente Hector et Astyanax. Dans quelle mesure est-ce encore une forme de réécriture ?

9e séance : Lire le récit de la mort de Pyrrhus dans la scène 3 de l’acte V d’Andromaque ; découvrir la règle de bienséances et les codes du dénouement

Support

  • PDF - 257.5 ko
    Acte V, scène 3, vers 1495 à 1524 ; texte et questionnaire


Activités

Prérequis de cette séance : Une première observation du texte a été effectuée à la maison, où les élèves ont répondu à un questionnaire préparatoire (voir fiche).
Une lecture analytique de la scène permet d’étudier la notion de bienséances (vue lors de la première séance) et de définir les codes du dénouement.

10e séance : TP sur l’écriture d’un monologue

Supports

  • L’œuvre intégrale, Andromaque de Racine
  • PDF - 187.4 ko
    Beaumarchais, Le mariage de Figaro, Acte V, scène 3, la parabase de Figaro


Activités

En s’aidant des différents monologues présents dans la pièce, on identifiera différents types de monologues : monologue délibératif, monologue introspectif... On pourra aussi aller chercher d’autres exemples dans d’autres pièces, comme par exemple la parabase de Figaro, dans Le mariage de Figaro de Beaumarchais, scène 3 de l’acte V.
Les élèves sont invités à choisir un type de monologue et à en rédiger une version au brouillon.

11e séance : Écriture d’invention, inspirée par une planche de Jean Percet

Supports

  • JPEG - 215.1 ko
    Douleur à Troie
    Chant XXII -vers 405-515 -


  • TNI

Activités

Devoir en classe : En vous inspirant de la scène peinte par Jean Percet « douleur à Troie » vous imaginerez le discours tenu par Andromaque, quand, après la mort d’Hector, elle apprend qu’elle a été attribuée comme esclave à Pyrrhus.

P.-S.

Prolongements

Textes :

  • Homère, L’Iliade dans la traduction de référence de Paul Mazon (Folio classique) ou dans celle, versifiée et plus récente, de Philippe Brunet (Livre de Poche)
  • Homère, L’Odyssée dans la traduction de référence de Victor Bérard (Livre de Poche) ou dans la version plus récente de Philippe Jaccottet (Editions La Découverte, Poche)
  • Œuvres aux thématiques comparables : Madame de Lafayette, La princesse de Clèves ; Anouilh, Antigone
  • Œuvres inspirées de l’Iliade et de l’Odyssée : Giono, Naissance de l’Odyssée ; Dan Simmons, Ilium...

Sites :

, par Claire Bertin

Partager cette page

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)